5- Les altérations

Késako ?

 

En musique, une altération est une modification de la hauteur naturelle de la note.

Une altération peut faire monter, ou descendre une note d’un ton « naturel ».

 

Par exemple, le «  » va faire augmenter la note au demi-ton  supérieur, alors que le « ♭» va le faire descendre d’un demi-ton.

Le « ♮ » lui, va remettre la note à sa valeur naturelle

 

Il y a 2 types d’altérations:

  • Les altérations accidentelles
  • les altérations constitutives

Les altérations accidentelles sont des « accidents » en cours de morceau. Elle est donc temporaire.

Les altérations constitutives sont des altérations écrites dès le début de la portée, à droite des clefs et qui concerne toutes notes concernées. Les ♯ sont écrits sur la même ligne que les notes correspondantes.

 

Exemple:

 

Dans ce cas, les altérations constitutives sont les 4 ♯ à la clef (dans l’ordre : Fa, Do, Sol, Ré).

La note 1 est un Do ♯, mais le ♯ n’est pas marqué ici, car il fait partie des 4 ♯ qui sont « acquis » pour toute la pièce. Cela veut dire que l’on ne va pas les marquer à chaque fois.

Regardez la position de la note 1 qui se situe dans le 2e interligne en partant du haut, et regardez l’emplacement du ♯ entouré en rouge, il est situé sur le même interligne.

Pour la note 2, même principe, c’est un ré ♯, le ♯ n’est pas écrit, car il est dans la liste des altérations constitutives (dernier des 4 ♯)

Ceci vaut également, et de la même manière pour les bémols.

Parlons du cas du bécarre.

Nous l’avons vu plus haut, le ♮ remet une note à sa valeur « naturelle ».

La valeur naturelle d’une note, c’est celle-ci sans ♯ ni ♭

Reprenons notre exemple :

Nous avons toujours nos 4 ♯ à l’armure. La note 2 correspond au Ré ♯, mais le Ré suivant (note 3) a un bécarre. Cela veut dire que cette note est revenue, temporairement, à sa valeur naturelle, Ré. Idem pour la note 4.

À noter que dans la mesure suivante, les bécarres des notes 7 et 8 ont disparus, sauf si on les remet manuellement. Ils sont donc revenus ♯.

Pour terminer ce chapitre, je vais vous montrer les autres types d’altérations, que vous pourrez éventuellement voir sur une partition.

Le double-dièse « Llpd+2.svg » c’est une note qui est déjà dièse à l’armure et que l’on « dièse » à nouveau. Il est donc 2 fois dièse.

Le double bémol  » Llpd-2.svg » c’est la même chose, mais cette fois-ci, avec le symbole, on comprend mieux!

Ne me demandez pas pourquoi le double bémol à 2 « b » l’un à coté de l’autre et le double dièse non, je n’en sait rien du tout!